Construire sa maison individuelle

construction maison

Construire sa maison individuelle

Depuis la fin des années 70, la construction des maisons individuelles a connu un véritable engouement comme ce type de bâtiment offre un meilleur sentiment d’indépendance et de liberté. En effet, il s’agit ici d’un habitat dans lequel réside un seul propriétaire contrairement à l’habitat collectif composé de plusieurs logements. Le domaine est alors plus privé avec une entrée particulière, renforçant le sentiment d’intimité. En revanche, elle consomme bien plus d’espace que la propriété collective impliquant d’importants impacts sur l’environnement. Voilà pourquoi il faut se référer à certaines exigences pour construire sa maison individuelle, contactez votre équipe de confiance : http://www.midi-mas.fr/ . Le coût de la construction d’une maison individuelle dépendra alors essentiellement de la superficie, de l’aménagement, des matériaux à utiliser, de la taille de l’édifice et bien sûr, du constructeur choisi. Pour avoir plus de clarté sur les dépenses à envisager pour votre projet de construction, n’hésitez pas à approcher un professionnel. De plus, ce dernier pourra vous fournir de précieux conseils pour vous ouvrir à de meilleures alternatives.

Trouvez votre maître d’œuvre

Construire sa maison individuelle est un projet très technique qui demande beaucoup de préparation. Pour une construction sur mesure maîtrisée, trouvez votre maître d’œuvre qui sera alors chargé de la totalité de la prestation. Pour cela, vous pourrez engager un architecte, faire appel à un bureau d’étude ou encore solliciter le savoir-faire d’autres professionnels diplômés en architecture. Dans la pratique, engager un architecte est la solution la plus retenue pour confier la construction de sa maison comme ce professionnel conçoit les plans du projet avec le propriétaire, ce qui est d’ailleurs l’une des missions principales du maître d’œuvre. Dans tous les cas, faites le choix de votre prestataire en publiant un contrat de maîtrise d’œuvre sous forme d’appel d’offres. Celui-ci doit contenir la description du terrain, la description détaillée du projet en mentionnant les équipements et la décoration souhaitée ainsi que les dates du dépôt de la demande de permis de construire, de l’étude du dossier des appels d’offres et des phases du déroulement des travaux. Aussi, le coût maximum du projet doit-il être mentionné dans le contrat. Pour permettre d’annuler le contrat en cas d’imprévu, vous devrez également prévoir des clauses suspensives. Lorsque vous aurez choisi votre maître d’œuvre, les différents intervenants à savoir les peintres, les maçons et les plombiers, devront lui remettre un devis pour qu’il puisse consulter avec vous les prestataires à retenir. À ce sujet, les prestataires ne doivent pas être juridiquement liés au maître d’œuvre. Assurez-vous que chaque intervenant soit immatriculé dans le registre du commerce pour bénéficier de la couverture dommage-ouvrage devant les assurances.

La réglementation thermique 2012

Pour construire sa maison individuelle depuis le 1er janvier 2013, il faut réaliser les travaux en respectant la réglementation thermique 2012 ou la RT 2012. Cette loi a pour objectif de diminuer la consommation d’énergie d’un bâtiment en se référant à certaines exigences lors de sa construction. Cela concerne également l’extension ou la surélévation de bâtiments anciens. Ces exigences sont exprimées sous forme de coefficients en imposant à la fois de nouvelles caractéristiques techniques et des exigences environnementales. Cependant, il est à noter que deux arrêtés ont été rajoutés en fin 2014 afin de simplifier et alléger la RT 2012. Les nouvelles dispositions s’appliquent donc aux bâtiments construits à partir de 2015. Le RT 2012 prévoit alors la diminution des besoins au chauffage et à la climatisation avec le Bbio (Besoin bioclimatique conventionnel) qui a pour but d’orienter la maison et de disposer les baies vitrées de façon à être exposés au soleil en hiver tout en s’en protégeant en été. Aussi, l’éclairage naturel doit-il être favorisé et l’inertie prise en compte. La compacité des volumes et la bonne isolation des parois opaques et vitrées doivent permettre la limitation de la déperdition de chaleur. Le Cep (Coefficient de consommation conventionnelle d’énergie primaire) dont le calcul porte sur les consommations annuelles du chauffage, de la climatisation, de l’eau chaude et de l’éclairage vise à respecter les exigences de consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire du bâtiment. Enfin, le Tic (Température intérieure conventionnelle en période de forte chaleur) est prévu pour éviter une surchauffe en été tout en proposant un bon niveau de température sans la climatisation. Lors de conception de votre maison, il est alors nécessaire d’évaluer votre capacité technique en faisant appel à un professionnel.

Articles de la même catégorie :